Le blog de l'agence

Le buzz qui nourrit

Le 28 11 2007 dans Actu | Commentaires fermés sur Le buzz qui nourrit
, , ,

Comme dans tout cycle de vie d’un phénomène web, les aspects financiers font un jour leur apparition. C’est maintenant au tour des blogs d’être convoités.

Plusieurs événements laissent à penser que la blogosphère va être de plus en plus sollicitée par les marques, et ce par des moyens parfois discutables.

Tout d’abord la récente campagne d’Ebay, qui avait fait grand bruit : pour faire monter la mayonnaise, l’agence en charge du buzz a proposé à un panel de blogueurs influents de publier un billet contre rémunération. L’ambiguïté vient du fait que certains auraient « omis » de mentionner le caractère publicitaire du billet : en estompant la frontière entre liberté d’expression et publicité déguisée, l’auteur risque la perte de sa crédibilité et de son leadership d’opinion.

Dans le même temps on voit fleurir des services de monétisation dont l’objectif est de mettre en relation annonceurs et blogueurs. Citons ebuzzing, qui propose une campagne buzz à partir de 5 euros le billet : l’annonceur sélectionne certains critères, et la « campagne », pour peu qu’on puisse lui donner ce nom, est alors proposée aux propriétaires des blogs correspondant aux critères. Libre à eux d’accepter l’offre en publiant un billet sur le sujet concerné.

Plus originale, l’approche de Nouveau Jour repose sur le principe du colis mystère : on reçoit chez soi une boîte (la buzzbox) dont on ignore le contenu. Le ressort marketing est identique à celui des Kinder surprise : on a hâte de découvrir ce qui se cache à l’intérieur, puis on fait partager la découverte aux copains en rédigeant un petit billet sympa. Cette méthode a l’avantage de valoriser l’auteur qui se sent ainsi considéré et estimé de ses pairs, et qui va prendre sa plus belle plume pour rédiger son billet.

Le blog-alimentaire, celui qui nourrit son auteur grâce aux revenus cumulés du buzz, d’Adsense et d’autres régies, a probablement un avenir radieux devant lui… Pour peu que les lecteurs soient suffisamment naïfs ou distraits pour tomber dans le panneau. Or on a déjà vu les internautes se détourner des sites arborant fièrement leurs décorations publicitaires comme autant de guirlandes de noël. Et la vitesse de renouvellement du web est suffisante pour laisser espérer que certains blogueurs continueront à écrire en toute indépendance, sans céder aux sirènes de l’argent facile. Même si une certaine frange acceptera de se transformer en entrée d’agglomération, couverte de panneaux publicitaires, dénuée de toute authenticité et donc de fondement.